Dec 2018

M D W D V Z Z
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
 

Citylab



System_D




Festival System D

COLLECTIF DE LUTTES ET CREATION ARTISTIQUE

 

Elke woensdag/Chaque mercredi - 18:00 - 21:00

Cher.e.s ami.e.s,
Proches ou lointain.e.s,

Nous voudrions partager avec vous un désir : penser, écrire et produire en commun. Un espoir devenu nécessité, que nous voulons rendre possible à travers un collectif de lutte et de création cinématographique.

Depuis des mois, l’actualité se bouscule et la seule réponse qui nous est tendue est le divertissement d’un flux en continu.
Ces derniers jours, à la vue des innombrables journalistes agglutinés aux marches de la Bourse, notre insatisfaction s’est transformée en exaspération.

Face à la prolifération des discours misérabilistes et spectacularisés - qui font de l’écran le monde et de l’émotion la pensée - nous ne pouvons plus accepter la position de spectateur impuissant qui nous est assignée.

L’industrie médiatique, sous la norme de l’objectivité, prétend décrire, mais déforme en vérité. À travers le mythe du constat, elle tient à nous faire oublier que toute parole est un acte, que toute représentation est une construction. Un discours qui s’articule selon la rhétorique du pouvoir, celle qui transfigure l’Histoire en Nature, faisant de ce monde le seul possible.

Il y a pourtant tant d’autres paroles à faire entendre, tant d’autres mondes à construire. Il s’agit pour nous aujourd’hui de faire porter nos voix en assumant pleinement et joyeusement de briser cet unanimisme béat. Poser des questions, proposer des pistes, critiquer sans avoir peur de porter atteinte à l’union sacrée des temps “de guerre”.

Cette urgence vient à point nommé rencontrer une frustration sourde et persistante chez ceux d’entre nous qui, ayant étudié le cinéma, ne s’autorisent jamais à concrétiser leurs désirs de films. De la même façon qu’il faut cesser d’escompter que ces médias et ces dirigeants nous accordent la faveur de nous écouter, il nous faut cesser d’attendre que la prochaine Commission des films vienne légitimer ces désirs d’expression. Si l’argent est nécessaire au cinéma, il existe quelque chose de plus vital encore : la pratique commune. Il s’agit de s’extirper de l’angoisse de faire comme il faut et de s’engager à faire ce qu’il faut, parce qu’il le faut.

Le premier pas, le plus politique et le plus pressant, nous semble de réaffirmer l’absolue nécessité de faire ensemble : mettre en commun les idées, les compétences, le temps et les moyens. Nous vous proposons de co-produire, co-réaliser, car faire ensemble c’est déjà renvoyer les sceptiques et les cyniques à leur café amer. Faire ensemble, c’est prendre un parti : la société que nous voulons est une société du partage.

Dans cet élan, il faut aussi réintroduire la réflexion formelle, la poésie, le texte dans les images du quotidien. Nous voulons faire mentir ceux qui ont renoncé à faire changer le monde avec le cinéma. Il ne s’agit ni de construire de nouveaux dogmes consensuels, ni de proposer une contre-propagande, mais de composer de nouvelles voix, qui en elles, contiennent le dissensus. Nous voulons faire émerger des fictions qui débordent dans le réel, de la poésie qui dépasse le constat tragique.

Dans cette aventure, d’innombrables choses sont encore à déterminer : quels formats et contraintes (ou non ) de production? Quels supports de diffusion? Quelles possibilités de formation? Cet appel est l’occasion de commencer à partager, à discuter, à disputer.

Alice Lemaire, Julie Jaroszewski et Pauline Fonsny.